Urbanisme

ZAC Écocité : un chantier bien avancé

Le programme "Au fil de l'Ourcq" sur les bords du canal proposera 200 logements, une école et des commerces au coeur d'un quartier éco-responsable.

Publié le :

Nouvelle étape dans l’avancée du chantier de la ZAC Écocité, la première pierre du programme immobilier « Au fil de l’Ourcq » a été posée mercredi 18 avril. « Quatre ans après la livraison de la passerelle Pierre-Simon-Girard, l’ouverture du centre-ville vers le canal se poursuit », a déclaré le maire, qui a salué la réappropriation des berges par les Balbyniens. « Après l’arrivée des premiers salariés de l’immeuble de bureaux Luminen, les premiers habitants arriveront en septembre 2019 », a poursuivi Stéphane De Paoli. 

Située juste en face du parc de La Bergère, cette résidence comprendra 200 logements du T1 aux T5, dont 83 en accession à la propriété, 53 en locations intermédiaires et 64 logements sociaux.

« Tous les appartements ont pratiquement été vendus à ce jour », a indiqué Philippe Charles, directeur régional de la Cogedim, le promoteur immobilier.

Une nouvelle école et des commerces de proximité

La Ville a tenu a ce qu’il y ait une école dans ce nouveau quartier, dont les travaux ont démarré en retard en raison de l’occupation illégale du terrain par un camp de Roms. Il s’agira d’un groupe scolaire comprenant seize classes de maternelle et élémentaire pouvant accueillir jusqu’à 360 élèves, avec en outre un centre de loisirs et une salle polyvalente. « Nous travaillons pour que l’ouverture de l’école soit concomitante avec l’arrivée des premiers habitants », a précisé le maire.

Quatre commerces de proximité ouvriront aussi en rez-de-chaussée.

L'arrivée du Tzen et aménagement d'un boulevard urbain

« Nous comptons aussi sur le Tzen 3 et l'aménagement d’un boulevard urbain », a pointé Stéphane De Paoli. S’il se félicite du financement de la Région, le maire invite les autres partenaires, notamment l’État, à prendre leurs responsabilités dans ce dossier. Rappelons que cette sorte de bustramway écologique circulera sur l’ex-RN3, de Paris 19e aux Pavillons-sous- Bois en passant donc par Bobigny. Sa mise en service est normalement prévue pour 2020.

Le président d’Est ensemble, Gérard Cosmes, a quant à lui dénoncé le report de la ligne 15 Est du Grand Paris Express (qui passera par le pont de Bondy), prévue désormais pour 2031.

Le premier îlot de sept bâtiments baptisé « Au fil de l’Ourcq » sera rapidement suivi par la construction de l’autre côté de la place où arrive la passerelle d’une autre opération immobilière appelée « South Canal ». Là, 167 logements sortiront de terre au premier trimestre 2020, accompagnés d’une crèche privée de soixante berceaux et de trois commerces. Les travaux débuteront cet été.

Du côté de l’immeuble Luminem, qui accueille le siège social de la Mutuelle sociale agricole au 15-19, rue de Paris, sera édifié juste à côté un autre immeuble de bureaux d’une surface de 14 000 m2 : Irrigo. Il devrait aussi voir le jour en 2020. Le permis de construire sera bientôt déposé. Le conseil municipal a déjà voté la cession du terrain.

L'Ecoparc

Ces premières réalisations seront reliées par de grands jardins et marqueront le début de ce qui constituera à terme l’Écoparc, une zone d’activités économiques plutôt dédiées aux entreprises vertueuses en matière de développement durable. Comme le projet « Nouveaux cycles », lauréat du concours « Inventons la métropole » initié par la société du Grand Paris et qui récompense l’audace architecturale et écologique. Le groupe Pichet immobilier mixera les activités tertiaires (PMI, PME, bureaux et artisanat) au sein d’une parcelle de 10 000 m2.

Avec pour objectif de recycler les déchets des artisans et entreprises du BTP. D’où l’installation d’une déchetterie spécialisée en bois, métal et plâtre mais aussi du fab’lab (laboratoire de fabrication) Volumes, qui transformera ces matériaux en meubles ou objets. Cette société exploitera par ailleurs une serre créée au coeur des bâtiments dédiée à l’agriculture urbaine. Les matériaux qui ne pourront pas être recyclés seront utilisés comme combustible pour le chauffage des immeubles ou évacués par barge via le canal de l’Ourcq.

Le permis de construire de Nouveaux cycles devrait être déposé fin 2018.

Les berges du canal resteront accessibles au public et se trouveront même non loin d’un quai public qui ouvrira à l’horizon 2020. Péniches et autres bateaux pourront y amarrer.

Des projets durables

Du côté du centre de tri du Syctom est enfin prévu un port urbain de fret. Le terrain de l’ancienne usine MBK fait partie quant à lui de « Reinventing cities », un appel à projet international du C40, les 86 villes les plus importantes du monde agissant pour le climat. Il s’agit de récompenser les idées architecturales innovantes d’un point de vue écologique. Autant dire que les berges et les alentours du canal seront complètement transformés dans dix ans.

Un nouveau quartier dépollué et respectueux de l’environnement mêlant logements, commerces, entreprises, immeubles de bureaux et espaces verts verra le jour « dans un cadre de vie agréable », comme l’a souligné Stéphane De Paoli lors de cette pose de première pierre.