Enfance, Scolarité

Silence, on lit !

À Paul Éluard, petits et grands débutent l'après-midi par un moment de lecture personnelle, juste pour le plaisir de lire dans une atmosphère très calme.

Publié le :

Quand la lecture devient un acte quotidien, une pause relaxante et un moment de silence où l'on s'extrait du monde...

À l'école Paul Éluard, chaque jour en début d'après-midi, un quart d'heure est consacré à la lecture silencieuse, pour tous les élèves et adultes de l'école. " Ce sont les élèves qui choisissent ce qu'ils vont lire : mangas, BD, romans, etc. Il s'agit d'une lecture pour le plaisir : il n'y a pas de retour sur l'activité, contrairement à ce que nous faisons quand nous les emmenons à la bibliothèque ", explique Martine Hardy, la directrice de l'école.

L'horaire choisi pour ce projet scolaire baptisé " Silence on lit " n'est pas anodin : il a lieu au retour de la pause méridienne, une période toujours agitée dans les écoles. " Personne ne râle jamais et beaucoup aimeraient prolonger ces quinze minutes, car ils apprécient le calme qui règne au cours de ce moment, font valoir Maïmouna Souamaré et Karine Poussard, institutrices en CM2. Et on constate que tout un système d'échanges de livres se met en place entre eux. De plus, ils voient leurs maîtres et maîtresses lire en même temps : cela les encourage grandement. "

Dans leur classe, on observe un silence absolu.

Assis à sa place habituelle, Souleymane est plongé dans la lecture d'un manga : " J'en lis beaucoup, confie-t-il. Je les emprunte à la bibliothèque. J'apprécie de lire comme cela en classe, ça nous permet de nous calmer après deux heures passées à jouer. "

Maëva, qui confie " ne pas trop lire à la maison ", s'est quant à elle installée dans le couloir, sur un tapis, pour dévorer Le Livre ensorcelé, de la série Witch.

Roystan s'attaque, lui, à Jason et la toison d'or : " J'adore ! Et à la maison, quand je n'ai rien à faire, je lis ! "

Hapsaminetou a choisi une BD intitulée Aya de Yopougon, dont l'histoire se passe en Côte d'Ivoire. " Comme on est dans le silence, on a l'impression d'être dans le livre ", conclut-elle joliment.