Enfance, Jeunesse

Liberté, j'écris ton nom !

Des collégiens de République en situation de décrochage se sont impliqués dans un projet collectif. La fresque qu'ils ont réalisée dans leur établissement fait désormais partie des murs.

Publié le :

Collège République

Ils se sont finalement tous pris au jeu pour réaliser une fresque colorée au sein de leur établissement ! Pendant quelques semaines, treize élèves de 5e et de 4e du collège République, tous en situation de décrochage scolaire, ont pris part à un travail pédagogique et artistique destiné à les remobiliser.

" Ce projet était intéressant, car il avait une finalité forte et une concrétisation immédiatement visible. Il apportait en outre une plus-value à notre collège ", explique Nicolas Esnault. Ce professeur de maths a été, avec deux de ses collègues, Dorian Allègre et Julien Nicolas, l'un des moteurs de cette aventure. Avec en appui, l'association parisienne Ariana, qui met en œuvre des programmes éducatifs artistiques et citoyens en direction des jeunes, intitulés " mix'art ", au travers de la pratique de l'art urbain.

Les collégiens se disent " fiers " de leur œuvre : ils ont eux-mêmes choisi d'y inscrire le mot " Liberté ". Et Kadiatou a eu l'idée de dessiner deux mains jointes, afin de symboliser " la mixité, l'égalité et le vivre ensemble ".

Ils assurent que ce travail d'équipe leur donne envie de s'impliquer " dans d'autres projets à l'avenir ". Amina reconnaît qu'elle n'était pas " emballée au départ " ; mais dès qu'elle a commencé à tagger, cela lui a tout de suite plu.

Inès se remémore la balade proposée par l'association Ariane dans le quartier de Belleville, à Paris : " Nous avons pu voir des œuvres de street art sur les murs qui nous ont inspirés. " Chacun des élèves a en outre eu un T-shirt tagué en souvenir.

" Même si nous n'avons pas résolu toutes leurs difficultés, nous avons, je pense, réussi à créer un groupe, fait valoir Nicolas Esnault. Et cette œuvre est vraiment à eux. Elle a d'ailleurs rendu un peu jaloux les autres élèves, qui auraient bien voulu participer à ce projet. "