Scolarité

La rentrée, c'est classe !

La rentrée 2018 est placée sous le signe de nombreux changements, dont les plus importants sont le retour à la semaine de quatre jours et le dédoublement des classes de CP pour toutes les écoles et une grande partie des CE1. Comme à son habitude, Stéphane De Paoli vient rencontrer les parents et les enseignants le jour J, cette année au groupe scolaire Georges-Valbon.

Publié le :

Éducation

Zéro stress pour Nada qui entre en CE1, à l'école Georges-Valbon. "Hier soir, elle n'arrêtait pas de crier : c'est la rentrée ! C'est la rentrée !" sourit sa mère après avoir salué le maire.

Cette nouvelle année scolaire est un peu particulière puisqu'on revient à la semaine de quatre jours, avec repos le mercredi toute la journée. Les 6 929 élèves de maternelles et élémentaires reprenaient donc l'école à 8 h 30 (et non plus à 8 h 45).

Lina, elle, est nouvelle, elle vient de Saint-Denis. Tout change pour la fillette. "J'entre au CM1. Je ne connais personne." La directrice prend une petite minute pour rassurer sa mère entre quelques questions sur les horaires d'autres parents. "Je viens chercher mon fils à 16 h 30 ?" demande Priadeus Thambithura, dont le petit garçon fait son entrée en petite section de maternelle.

S'il n'y a ni études dirigées, ni accueil de loisirs ce lundi, tout a été mis en place dès le 4 septembre. Les centres de loisirs ont également repris dès mercredi 5 septembre. "Nous allons faire en sorte que les projets instaurés dans les centres de loisirs soient en lien avec les programmes scolaires", indique le maire.

L'État propose de financer les activités à dimension pédagogique des communes qui en font la demande dans le cadre d'un programme baptisé "Plan mercredi".

Travaux pour le dédoublement des classes

Autre nouveauté 2018 qui engendre des dépenses additionnelles pour les Villes : le dédoublement des classes de CP en Réseau d'éducation prioritaire (REP) et des CE1 en REP +. Ce qui concerne soixante-dix classes de CP pour Bobigny et vingt-sept classes de CE1.

"Certaines classes sont à douze élèves, et dans d'autres, il y a deux professeurs. Nous avons fait le maximum pour libérer des pièces afin d'ouvrir des classes supplémentaires, mais dans certains établissements anciens, cela implique de gros travaux. Un budget de 200 000 euros a été dépensé", souligne le maire, qui poursuivra tout au long de la semaine sa visite des écoles.

L'édile avait également fait un tour de prérentrée pour vérifier que les chantiers dans les écoles seraient fin prêts ce 3 septembre. Rien que pour l'école Valbon, la réfection du sol et du faux plafond d'une salle polyvalente ainsi que la pose de rideaux pare-soleil ont engendré un coût de 47 000 euros.