Jeunesse, Vie citoyenne

La jeunesse à l'heure européenne

Comme l'an dernier à la même époque, la classe Média de 1re ES1 du lycée Louise-Michel s'est emparée du dossier de Bonjour Bobigny. Le thème abordé cette année ? La jeunesse et les élections européennes. Avec une interview exclusive du député de la circonscription, Jean-Christophe Lagarde.

Publié le :

En 2019, 612 jeunes de 18 ans sont nouveaux électeurs à Bobigny

Les élèves de la 1re ES1 du lycée Louise-Michel

Ils ne sont, pour la plupart, pas allés voter aux élections européennes. Et pour cause : ils n'ont pas 18 ans.

Mais ils font partie d'une classe Média, ce qui leur demande de suivre de plus près les questions d'actualité, marquée par les élections des députés européens le 26 mai dernier.

Par l'intermédiaire du député de la circonscription, Jean-Christophe Lagarde, toute la classe était allée visiter l'Assemblée nationale. En retour, M. Lagarde a été invité au lycée pour une interview.

Les questions reflétaient les préoccupations immédiates (réforme du bac ? De Parcoursup), mais pas seulement. Puisque l'élu de Seine-Saint-Denis était aussi en tête de la liste " Les Européens " de l'UDI. Il a donc été question aussi bien du réchauffement climatique que de lutte contre le terrorisme à l'échelle européenne.

Pour ce dossier, Christine, une des lycéennes, a choisi de retenir deux réponses en particulier.

L'interview

Classe Média : Que pensez-vous du programme Erasmus, qui permet de suivre une partie de sa scolarité dans un autre pays européen ?

Jean-Christophe Lagarde : Il faut étendre ce programme et je pense même qu'il faudrait le généraliser. Il y a des grandes écoles où partir à l'étranger pour un stage ou un semestre fait partie du cursus obligatoire. Je pense qu'il faudrait le rendre obligatoire pour tous les étudiants européens.

Le programme Erasmus offre deux avantages : il permet de rencontrer d'autres cultures, d'autres techniques de travail, d'autres façons de vivre. Et ce serait encore plus bénéfique pour les gens de chez nous, car malheureusement, beaucoup d'entre eux ne connaissent pas autre chose que nos banlieues.

Ça pose évidemment un problème de financement. La plupart des familles, chez nous, ne pourraient pas payer les frais que cela entraîne de passer un, trois ou six mois dans un autre pays. Je pense donc que cela devrait être entièrement pris en charge par l'Europe grâce à un système de bourse.

Classe Média : Un conseil aux jeunes qui voudraient faire une carrière politique ?

Jean-Christophe Lagarde : Je n'en ai pas vraiment, si ce n'est d'être toujours bien informé, et de faire des études pour avoir un métier en main - même si ce n'est pas une obligation pour entrer en politique. Mais le jour où on perd une élection, c'est mieux pour retrouver du travail.

Ensuite alors, si vous avez envie d'agir et pas seulement de commenter, comme le supporter qui insulte M'Bappé parce qu'il a raté un dribble alors qu'il est incapable de faire la même chose... Si on se sent capable, on y va, même si on rate des dribbles. La politique n'est pas très différente des autres activités humaines ou du monde professionnel classique, en entreprise.

Dites-vous qu'un politique, un député, un maire, un ministre, ce n'est jamais que quelqu'un comme vous, qui accepte de prendre plus de responsabilités pendant un temps donné. Et il ne faut jamais perdre ça de vue : gagner une élection, ça ne donne pas raison à tous les coups.

Les lycéens et les élections européennes

Abdallah, 18 ans, lycéen à Louise-Michel

" Certaines idées me déplaisent, d'autres me séduisent mais en même temps, je ne me sens pas tellement impliqué. Étant un jeune parmi tant d'autres, j'estime que, même sans agir et en laissant ces choses plutôt de côté, tout ira bien et tout continuera à aller bien.

Je pense que le monde a déjà retenu la leçon sur les erreurs passées, comme la montée des extrêmes avec les dictatures en Europe durant le XXe siècle, et donc même si je n'agis pas et reste en retrait, je suis sûr que les participants à ces élections resteront raisonnables. "

Hocine, 18 ans, lycéen à Louise-Michel

" J'ai entendu parler des élections européennes chez moi, en regardant la télé. Je suis inscrit sur les listes électorales, donc normalement oui je vais aller voter, mais j'attends de voir pour qui. Voter, je trouve que c'est important dans le sens où c'est un moyen de faire entendre sa voix. Et je pense qu'on devrait tous s'intéresser aux élections pour acquérir une culture politique, nous permettant de mieux voter plus tard. Mais je ne me sens pas autant concerné que les personnes plus âgées. "

Zeguela, 18 ans, lycéenne à Louise-Michel

" Non je ne vais pas voter car personnellement je n'ai que dix-huit ans. Au lycée, on n'a pas de cours pour nous expliquer ce que c'est que la politique, au moins au début. Et l'école ne fait rien pour que ça change. Du coup, lorsque tu ne connais pas un sujet, tu préfères ne pas te prononcer. Par exemple, tu connais bien ton programme d'histoire alors tu peux avoir un avis détaillé. Mais comme je ne m'y connais pas du tout en politique, je préfère ne rien faire, que ma voix ne pèse pas. "

La classe Média en vidéo