Sports

Gymnastique urbaine

Chaque jeudi, au gymnase Paul-Éluard, des pratiquants de différentes disciplines acrobatiques se retrouvent au sein d'une nouvelle section de l'ACB appelée "gymnastique urbaine".

Publié le :

Nouvelle section pour nouvelles disciplines

Capoeira, parkour, cirque acrobatique, tricking... Autant de disciplines, dites "arts de déplacement", qui sont nouvellement pratiquées à Bobigny par une quinzaine de passionnés depuis septembre dernier au gymnase Paul-Éluard.

À l'origine de ce projet, l'ancien responsable de la section capoiera de l'ACB, Abel Arrais, en accord avec le club omnisports : "Le club s'essoufflait quelque peu avec l'arrêt de deux enseignants dont j'avais pris seul la relève, puis le départ de plusieurs adhérents qui composaient notre noyau dur. De plus, la capoeira est moins à la mode et il faut s'adapter à la demande. Dans notre pratique, nous côtoyons souvent d'autres sportifs issus de disciplines acrobatiques et j'ai eu l'idée de nous regrouper."

Le bouche-à-oreille fonctionne rapidement et après quelques semaines, ils sont plusieurs adeptes à pousser la porte du gymnase pour se retrouver "comme une bande de copains dans une ambiance sympa et familiale".

Parmi eux, on peut ainsi compter une contorsionniste, des capoeiristes, des parkouristes et des trickers... Si le parkour est aujourd'hui connu, notamment grâce au film Yamakasi, le tricking est une discipline assez proche, mélange de taekwondo, kung-fu et capoiera, et aussi appelée "art martial des sports extrêmes". Si les tricks sont réalisés en général avec un skate, un ski, un vélo ou une planche de surf, certains acrobates utilisent uniquement leur corps. Ce sont les "trickseurs".

Au-delà des acrobaties...

Ces disciplines ont également comme point commun d'être issue de la rue, et donc de l'urbain. D'où l'appellation gymnastique urbaine...

"Nos sports se ressemblent sur de nombreux points et on peut s'inspirer les uns des autres. Ce qui créé une certaine émulation", confie le jeune homme de 23 ans, qui se satisfait du démarrage de la nouvelle section. "Pour l'instant, je n'ai qu'un regret. C'est d'être le seul Balbynien. Avec l'annulation du Forum des associations et en raison du manque de temps pour mieux communiquer, je pense que notre club est encore méconnu dans la ville."

L'habitant de Paul-Éluard, qui comptabilise 16 années de pratique de capoeira, souhaite donc vivement que d'autres acrobates le rejoignent : "Ce ne sont pas des cours encadrés par un professeur, mais un entraînement libre qui demande une certaine autonomie. Ce qui explique l'âge minimum de 15 ans pour nous rejoindre."

L'absence de professeur n'empêche pas de venir essayer au contact de pratiquants qui aiment transmettre : "Nous sommes tous aguerris dans nos disciplines. Il y en a qui sont professionnels, et d'autres comme moi, qui ont déjà donné des cours. C'est avec plaisir que nous accueillerons et conseillerons tous ceux qui souhaitent essayer. Tout d'abord sur les bases qui se ressemblent. Puis, chacun pourra choisir la discipline dans laquelle il voudra se spécialiser."

De plus, si elles sont nées et amenées à être pratiquées en extérieur, il est conseillé de débuter ces acrobaties en salle. "Pour des raisons évidentes de sécurité, souligne Abel Arrais. Et dans notre salle, nous avons tout le matériel à disposition pour bien apprendre et bien évoluer."

Tous les jeudis de 20 h à 22 h au gymnase Paul-Éluard.