Santé, Scolarité

Des menus végétariens dans la restauration scolaire

Engagement pris par la Ville en 2014, les menus végétariens vont être testés de mars à juillet dans deux cantines scolaires.

Publié le :

Des 19 villes adhérentes au Syndicat intercommunal pour la restauration collective (Siresco), Bobigny est la première à se lancer dans l’aventure du végétarien.

C’est grâce à un travail acharné de la ville que le Siresco a accepté de se lancer pour une période de test, qui a débuté le 5 mars et se déroulera jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Des produits laitiers et des œufs. 

À partir du lundi 5 mars, des menus ovolacto-végétariens seront donc ainsi proposés en tant que second choix dans les selfs des écoles élémentaires Auguste-Delaune (350 repas par jour) et Molière/Jean-Jacques-Rousseau (384 repas par jour).

Ces menus excluent la viande et le poisson, mais comprennent des protéines d’origine animale, telles que des produits laitiers ou des œufs.

Les enfants auront toujours le choix de se diriger vers un menu traditionnel avec viande ou poisson. Ceci permet aux jeunes demi-pensionnaires de bénéficier d’un repas équilibré, gratuit et dorénavant plus diversifié. Avec également l’objectif de réduire le gaspillage alimentaire en collant au plus près aux préférences des familles.

Une qualité maintenue. 

Pour accompagner cette expérimentation, le Siresco livrera un nombre de repas supérieur à la demande. Le prix du repas, quant à lui, reste identique quel que soit le choix de menu (3,19 euros le repas scolaire avec pain, sachant que le prix du repas est le prix payé par la ville puisque la cantine est gratuite).

Un bilan avant la rentrée. 

Un suivi sera mis en place sur les deux sites expérimentaux en présence de deux responsables du Siresco et d’une diététicienne, avec un point d’étape au retour des vacances de printemps. Un bilan croisé sera ensuite établi durant la seconde quinzaine de juin, afin de préparer la rentrée.

Un bilan qu’on espère donc positif du côté de la municipalité, afin de convaincre les autres membres du Siresco de l’extension de l’expérience qui nécessitera la mise en place d’une chaîne supplémentaire de production de repas.