Décès de la conseillère municipale Danielle Lasserre

Fille et petite-fille d’anciens combattants, engagée dans la vie quotidienne de Bobigny, et élue de longue date au conseil municipal, Danielle Lasserre est décédée le 6 novembre des suites d’une maladie fulgurante.

À quelques jours de la commémoration du 11 novembre 1918 – « une cérémonie qu’elle savait organiser de main de maître », comme l’a relevé le maire –, Danielle Lasserre a tiré sa révérence. La conseillère municipale déléguée aux anciens combattants est décédée lundi 6 novembre des suites d’une maladie fulgurante.

L’information, qui a vite fait de faire le tour de la ville, a été accueillie avec stupeur. « Il y a quelques jours à peine, je la voyais sortir de la mairie pleine de dynamisme », raconte une voisine de Paul-Éluard. Fille et petite-fille d’anciens combattants, Danielle Lasserre a participé très jeune aux cérémonies commémoratives. « Elle a commencé à 8 ans avec son grand-père », témoigne-t-on.

Cet engagement de plus de cinquante ans l’a amenée à occuper de nombreuses responsabilités locales et départementales. Elle était notamment la secrétaire de l’Union nationale des combattants (UNC) de Bobigny. « Elle a toujours honoré ceux qui ont servi notre pays », a déclaré le préfet de la Seine-Saint-Denis dans un message lu par sa représentante lors de la cérémonie des obsèques, vendredi 10 novembre à l’église Saint-André, soulignant ainsi « un engagement sincère en l’honneur de nos anciens ».

Une militante pour Bobigny

La Balbynienne, fille de maraîchers, avait d’abord vécu dans le quartier de La Folie avant de s’installer à Paul-Éluard. Elle était également connue pour ses activités au sein de l’office de tourisme de Bobigny. « Elle participait avec enthousiasme au jury du concours ville fleurie », se souvient Sandra Toupane, très affectée de perdre « une amie » avec qui elle avait travaillé au sein de l’office de tourisme.

Danielle Lasserre était aussi une militante politique. Elle fut élue conseillère municipale pour la première fois en 2001. L’ancienne employée de banque avait fait deux mandats en tant qu’élue de l’opposition avant que le maire, Stéphane De Paoli, ne lui confie à 67 ans la délégation des anciens combattants au sein de la nouvelle majorité.

Très ému, retenant à peine ses larmes, Stéphane de Paoli a évoqué « une femme merveilleuse », qu’il a connue quand il avait commencé le rugby, à 14 ans. « C’était un peu notre maman à tous dans l’équipe. Elle rayonnait. Elle avait aussi un fort caractère et un franc-parler. » Stéphane De Paoli, accompagné de plusieurs élus et de nombreux Balbyniens, a assisté à la cérémonie religieuse tenue à l’église Saint-André, avant l’inhumation au cimetière communal de Bobigny.

À son fils Frédéric, à ses petits-enfants et à toute sa famille, nous présentons nos sincères condoléances. La municipalité a mis un livre d’or à disposition du public à l’accueil de l’hôtel de ville.

Publiée le

Agenda

###DB-CATEGORY-TITLE###

Tout l'agenda

Facebook