"Une coopérative à construire ensemble"

Interview de Jonathan Berrebi, président de l’OPH de Bobigny qui revient sur les enjeux de la création de la Société coopérative d’intérêt collectif (Scic).

Quelques jours après le conseil municipal de Bobigny, le conseil d’administration de l’OPH a voté à son tour la création d’une Société coopérative d’intérêt collectif (Scic). L’OPH organise actuellement des réunions publiques pour expliquer à ses locataires les enjeux de cette coopérative HLM.

Interview de Jonathan Berrebi, président de l’OPH de Bobigny

Quel est le but de ces réunions publiques avec les locataires de l’OPH ?

Il s’agit d’expliquer les enjeux de cette coopérative HLM que la ville de Bobigny et l’OPH veulent mettre en place. De présenter également, de façon objective, les dangers que représente un rattachement de l’OPH à Est ensemble au 1er janvier 2018, puis à une mégastructure gérée par la Métropole du Grand Paris dans les années à venir.

L’autre enjeu de ces réunions est d’échanger avec les locataires, qu’ils puissent exprimer leurs craintes, leurs attentes.

Quels sont ces risques, justement, d’un rattachement de l’OPH à Est ensemble ou à la Métropole du Grand Paris ?

La perte des services de proximité, de l’accompagnement social des locataires. La ville de Bobigny et l’OPH n’auront plus la main sur la gestion de leur parc.

De même, les Balbyniens, qu’ils soient locataires, salariés de l’OPH ou élus, auront moins de poids au sein d’une structure regroupant plusieurs OPH municipaux. Et que dire, lorsque la gestion de ce mastodonte sera confiée à la Métropole du Grand Paris ? Les Balbyniens ne seront plus que des numéros de dossier. C’est dramatique.

Le logement, c’est la principale préoccupation des habitants des villes qui composent Est ensemble et il n’y a aucune perspective off erte, aucune vision d’avenir sur ce sujet aussi crucial.

Quelles sont les garanties d’accès au logement pour les Balbyniens ? Quelles sont les garanties off ertes par ce rattachement pour la rénovation, la réhabilitation des cités ? Aucune. C’est très grave.

C’est pour toutes ces raisons que le conseil municipal de Pantin, ville de gauche, a refusé le rattachement de son OPH à Est ensemble. C’est un combat qui dépasse les clivages politiques

Quelles sont les craintes émises par les locataires lors de ces réunions ?

Leurs principales craintes concernent les garanties sur le montant des loyers, sur le niveau des réhabilitations, sur le maintien des services de proximité, sur l’accès au logement. Des craintes légitimes, mais également amplifiées par une campagne mensongère.

Quand je lis que la coopérative HLM mettra un terme aux aides financières extérieures ou que les loyers vont augmenter… C’est faux, complètement faux. Si demain l’OPH construit des logements sociaux, il recevra des aides extérieures comme toute autre structure agissant en faveur du logement social.

Quant à l’augmentation des loyers, là encore, c’est impossible puisque la coopérative HLM, tout comme l’OPH, sera soumise au Code de la construction et de l’habitation. De plus, nous nous sommes engagés publiquement et à plusieurs reprises, pour le non-déconventionnement des loyers et pour l’absence de déplafonnement de ces derniers.

Quelles garanties propose cette coopérative HLM balbynienne ?

En plus des garanties sur le maintien des montants des loyers, la municipalité s'engage à garantir les services de proximité et à renforcer l’accompagnement des locataires en difficulté, à répondre aux attentes de ceux ou celles qui ont la volonté d’accéder à la propriété ou encore à maintenir le dispositif du tarif social de l’eau.

Aujourd’hui, la Ville et l’OPH, par le biais de cette coopérative HLM, sont les seuls à apporter des garanties.

Cette SCIC accorde une place plus importante aux locataires dans les prises de décision…

Ce n’est pas qu’une option, c’est une obligation. Les SCIC appartiennent à l’économie sociale et solidaire. À ce titre, leur statut impose que les locataires et les salariés soient des acteurs dans la prise de décision. Ma volonté, c’est que les locataires deviennent force de proposition.

C’est pour cela que nous donnons à chaque locataire la possibilité de contribuer à l’élaboration du règlement intérieur de la SCIC (lire l’encadré).

Cette coopérative HLM, dans laquelle la ville de Bobigny sera majoritaire, est la seule solution pour que les Balbyniens restent les seuls à décider ce qui est mieux pour eux aujourd’hui et demain.

C’est pour cela qu’il est primordial de participer à la grande consultation publique lancée par la municipalité de Bobigny. Cette coopérative balbynienne, construisons la ensemble !

Soutenez la pétition de la ville de Bobigny sur change.org “Touche pas à mon HLM ! - Sauvegardons notre patrimoine social balbynien

Participez à l’élaboration de la SCIC

En septembre dernier, dans un courrier signé de son président, l’OPH de Bobigny a invité tous ses locataires à émettre des propositions pour bâtir, de façon concertée, le règlement intérieur du conseil d’administration de la Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) créée conjointement par la Ville et l’OPH de Bobigny.

Pour cela, il suffit à chaque locataire de retourner ses propositions par voie postale à l’attention de la direction générale de l’Office ou par e-mail à l’adresse suivante : ahamrouni@oph-bobigny.fr.

Les propositions sont à retourner avant le mardi 7 novembre 2017. 

Les réunions à venir en 2017

  •  Pvc/sémard : 14 novembre
  •  Grémillon : 21 novembre
  •  Bons-enfants : 23 novembre
  •  Chemin-vert 1 et 2 : 30 novembre
  •  Libération, brouxceau et jean-moulin : 5 décembre
  •  Pont-de-pierre/Vache-à-l’aise : 7 décembre
  •  Odessa, gaston-crépin et Edouard-Vaillant : 12 décembre

Publiée le

Agenda

###DB-CATEGORY-TITLE###

Tout l'agenda

Facebook