Bobigny, terre d'entrepreneurs !

Textile, bois, métal ou bâtiment : zoom sur les entreprises balbyniennes distinguées pour leur savoir-faire ou leur esprit d'innovation.

A Bobigny, de nombreuses entreprises tirent leur épingle du jeu. Certaines fêtent leurs 90 ans d’existence, d’autres viennent de souffler leur première bougie, mais toutes sont résolument ancrées sur le territoire de la ville.

Que peut apporter une ville comme Bobigny aux entrepreneurs ? Pour Fabienne Lichentin, élue à la chambre de commerce et de l’industrie de Seine-Saint Denis et d’île-de-France : "Bobigny, c’est une chance. Située très près de Paris, près de Roissy, il y a du foncier disponible pour s’implanter. La Seine-Saint-Denis et Bobigny incarnent le futur. Il y a la jeunesse qui est un potentiel formidable, il y a une écoute des politiques qui sont pragmatiques. Il y a la volonté de sortir les villes de Seine- Saint-Denis de l’image négative attribuée. Bobigny, c’est une opportunité : là où certains se découragent, nous, au contraire, avançons. Cela donne la possibilité d’avancer à ceux qui travaillent avec la sincérité de l’engagement, sur le territoire."

Parmi les dirigeants de ces petites ou moyennes entreprises industrielles ou artisanales, certains ont vu leurs initiatives récompensées par un prix : 

CARMINE

La famille Carmine est dans le bâtiment depuis quatre générations et fête cette année ses quatre-vingt-dix ans d’expérience. La tradition est revendiquée, au même titre que les nouvelles technologies et la prise en compte de l’impact sur l’environnement.
Cela se traduit par neuf procédés novateurs en huit ans, et plusieurs récompenses pour sa politique de développement durable : produits non-toxiques, tri sélectif, recyclage, utilisation de panneaux solaires… Pour Stéphane Carmine, qui dirige la société, « l’étape suivante a été de proposer, à partir de notre expérience, un référentiel utilisable par toutes les entreprises du secteur. Nous avons ainsi pu réaliser le premier “Chantier Zéro Carbone” de France : la rénovation de hangars au Bourget juste avant le début de la Cop 21. »
Cette implication pour l’environnement lui a apporté son dernier trophée en date : le « Geste d’or de l’environnement 2016 »

MENUISERIE GUÉGAN

La menuiserie familiale est réputée pour la qualité de son travail et compte parmi ses clients l’Assemblée nationale, Aéroports de Paris ou le Centre national d’études spatiales (Cnes).
Elle s’appuie sur les savoir-faire des collaborateurs et la tradition des maîtres Compagnons, mais a développé des outils de production high-tech, la conception assistée par ordinateur et des sessions de formation pour s’adapter à ces nouvelles technologies.
Cela lui a valu le prix « Stars & Métiers 2016 » dans la catégorie « Management des ressources humaines ». Il récompense chaque année les chefs d’entreprise artisanale pour leur réussite en matière d’innovations technologique, managériale, commerciale et stratégique.

FONDERIE D’ART ROSINI

La technologie a beau faciliter le travail grâce à des fours performants et des méthodes de réalisation de moules en élastomère, les techniques de fonte, de ciselure et de patine sont ancestrales. Au-delà d’une simple habileté, les artisans d’art ont une véritable intelligence de la main et détiennent un savoir-faire rare.
Installée depuis quinze ans à Bobigny, la fonderie Rosini réalise des bronzes pour les musées nationaux et travaille avec des sculpteurs reconnus.
En 2016, le label « Entreprise du patrimoine vivant » est venu récompenser cette excellence.

CARECO

Le marché de l’occasion, ce n’est pas que les vide-greniers et les friperies. Surtout depuis le 1er janvier 2017 : les professionnels de l’entretien automobile sont désormais obligés de proposer à leurs clients des pièces de réemploi, pour limiter la surconsommation de pièces détachées, prolonger la durée de vie de celles en bon état, et ainsi réduire les émissions de CO2.
Au printemps 2016, Caréco, réseau de groupement de 80 centres, a inauguré son site d’Île-de-France à Bobigny. Pour Maxime Richaud, qui le dirige, « l’innovation est d’avoir repris les codes de la grande distribution, de garantir la traçabilité de chaque pièce, de la garantir un an, et d’adopter pour les employés, des équipements qui permettent des positions de travail plus ergonomiques ».

SAUDADE DE PARIS

Leur credo est de « ne pas penser la mode comme quelque chose qui change tout le temps mais plutôt comme un savoir- faire ». Jonathan et Vilson, fondateurs de la marque « Saudade de Paris », conjuguent artisanat et design pour proposer leurs vêtements de créateurs, qu’ils appellent leurs « silhouettes ».
Cinq à dix pièces par mois en nouveautés, des modèles épurés, sublimés par de belles matières : soie, lin, laine… Le principe est le fait main et à partir de Bobigny. Car c’est ici qu’ils ont trouvé leurs fournisseurs de tissu ainsi qu’un sérigraphe.
Et c’est en participant à une réunion d’information sur la création d’entreprise à Bobigny qu’ils ont dépassé leurs appréhensions, selon Jonathan : « Ça a levé des freins psychologiques : nous étions des créatifs, mais pas forcément des entrepreneurs… Et maintenant, ça marche plutôt bien. »

SNTPP

Créée en 1922, la Société nouvelle de travaux publics et particuliers est installée rue de l’Industrie. Déjà récompensée en 2006, elle vient de recevoir le prix régional dans la catégorie « Travaux publics » et, nouveauté pour elle, le prix de la Meilleure performance RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) au niveau national, décerné par Le Moniteur.
« Cela veut dire que nous sommes tout spécialement attachés à la sécurité de nos salariés, à leur bien-être au travail. Nous avons beaucoup travaillé par exemple sur l’isolation phonique et thermique dans nos bureaux, sur nos consommations d’énergie. Nous nous efforçons également de travailler avec des fournisseurs proches de nous, pour limiter les transports », explique Philippe Leray, qui dirige depuis 2008 cette Scop (société coopérative ouvrière de production) de 180 salariés.

CÂBLERIE DAUMESNIL

« Nous sommes innovants parce que nous sommes en mouvement en permanence. » Fabienne Lichentin, qui dirige la câblerie Daumesnil, attribue ses succès à l’export (30 %) aux valeurs portées par l’entreprise et qui sont ses meilleurs atouts : la diversité (« 14 langues sont parlées ici »), la tolérance et la contradiction (« La critique nous fait avancer »), et la modernité (« Nous n’avons pas négligé le numérique et les outils d’aujourd’hui »).
La PME industrielle qui gravite dans un monde largement masculin compte huit femmes sur les dix membres du comité de direction. « Et nous sommes attentifs à ce que les jeunes du territoire peuvent nous apporter : ils sont ouverts sur les langues, connectés, réactifs… »


Publiée le